Danièle Huillet, retournée au cratère de la puissance

Publié le par Properce



Nous parlions des ces rencontres avec eux. Elle n'y sera plus.


On pourrait raconter tout le négatif dans cette anecdote que rapporte le journal : refuser une épreuve de l'IDHEC (aggravée en "Fémis") parce que le sujet est indigne de l'examen.

Tout le positif, on n'en finira pas. Dans 500 ans, on verra encore Straub-Huillet avec surprise, quand les mille milliards d'images de notre misère se seront accumulés dans un nuage magnétique tout rose, aménagé par les google-companies.

Nous dirons, pour developper vite le négatif en positif, une idée de Holderlin, dans Patmos je crois : là où le dieu manque croît ce qui sauve. Ces Straub-Huillet auront fait ainsi la version prolétarienne du Wo es war soll ich werden. Sans craindre, pour bien la servir, de faire table rase.

Cette fille, on continuera de s'en souvenir, et de la voir, implacable et précise comme sa diction, assise au pied de l'Etna. Les sandales d'Empédocle retournent aujourd'hui au cratère de la puissance. Nullité de tous les pouvoirs du capitalisme analphabête, profondeur du communisme qui vient.

Continue Straub. Tu es un des rares qui connaisse si bien les sentiers du désert.

PROLETARIER ALLER LÄNDER, VEREINIGT EUCH !

Publié dans Autopsie du présent

Commenter cet article