Mon Orestie préférée

Publié le par Properce

C'est l'histoire d'un type obligé de régler des comptes qui sont pas vraiment les siens. Mais il les règle au point de devenir les siens, parce qu'il faut sortir sa soeur de l'esclavage, et tuer Maman. C'est pas gentil de tuer Maman (elle est morte ce matin, dit A. Camus, et c'est encore pire).

Sauf que pendant longtemps les Erynies, les déesses de la vengeance, poursuivent le type, enfoncé dans la chaîne des vengeances. Il erre, il erre, et comme dit Lacan, les non-dupes errent. Il est un réfugié de fait, et non de droit.

Il est si peu dupe de lui-même et de tout, qu'il arrive à Colone, la banlieue d'Athènes où déjà Oedipe était venu mourir.

On lui envoie une délégation : dis-donc, Oreste, tu vas quand même pas la ramener (sfidare) chez nous ? Et lui de répondre : camarades, si je savais seulement vous dire "j'ai eu raison". Mais non je ne le sais même pas. D'ailleurs la seule chose que je sais c'est que je ne le sais pas. On imagine qu'il y avait un type silencieux dans la délégation pour généraliser ensuite, bien plus tard, cette parole.

La délégation retourne pour aller faire voter l'aréopage. Les dextristes votent Oreste a eu tort, les sinistres votent Oreste a eu raison, à moins que ce ne soit l'inverse, et ça fait 50-50, comme disent les dames du feaubourg (fifty-fifty).

Blocage et crise parlementaire. Du coup Athéna la ramène (sfidare), avec sa chouette, et ironise plutôt gravement : moi je vote pour Oreste, non pas parce qu'il a eu raison, mais parce qu'il a eu le courage de poser la question : Athéniens, ai-je eu raison ou tort ?

C'est ainsi que les nouveaux dieux arrivèrent dans la Cité. Les Erinyes devinrent les Euménides, c'est-à-dire les bienveillantes.

Alors ce n'est pas de ma faute si je vous dit ça : que la soeur, c'est le prolétariat-masse des années 60-70 en Italie ; que la Maman, c'est le compromis historique ; que les Erynies, c'est la gauche bien-pensante et si innocente ; que le temple de Delphes, c'est la rue Chapon ; qu'Athéna et les Euménides, on prétend que c'est les autonomes, ce dont je ne suis pas sûr. Mais ce dont je suis absolument sûr, c'est qu'Oreste, c'est Oreste. Et Paolo, évidemment, mais Paolo n'a pas eu même le droit de rester dans son faubourg : Paris 8.

Non, ce qui est de ma faute, c'est que je vous dis que la rue Chapon non seulement j'y serais le mardi 21 novembre à 19 heures, mais que j'appelle à y être tous ceux que l'Orestie italienne intéresse parce qu'elle est dans l'avenir de notre présent. Et plus grave encore, j'appelle à ce qu'on prenne contact avec moi en bas de mes blog-méchancetés pour qu'on fasse le secrétariat du dernier orateur antique et moderne que nous ayons en France : nous sommes tous des protoritaux réfugiés de fait. Et si nous ne faisons rien pour notre collègue Persichetti, nous aurons les Erynies, sans avoir rien commis. Mais jamais les Euménides.

Révisez votre latin et si vous savez parler ritalique c'est mieux que bien. Voyez plutôt le génie du ritalique :


_________________________
Source : Oreste, le jour anniversaire 2006 de la boucherie nationale.

SCRIPTA VOLANT... , 2
. .


NB pre-scriptum : * je ne peux pas “retraduire” en italien, sauf si quelqu’un/[e] me le demande
(s’il y a une personne “italophone” qui voudrait le faire [bizarrerie... le contraire que d’habitude et, mais à l’apparence..., seulement à l’apparence....plus ‘extravagant], cela serait utile, précieux même !).
_ _ _ _ _ _ _ _ _ _
Ce sera la dernière fois (...peut-être... l’avant-, disons, dernière...?) que nous – mes ‘intimes Complices’ &t moi – nous risquons de déranger les un[e]s, les autres... en envoyant à une liste d’adresses hétéroclite, quelque peu arbitraire – projection imaginaire...– où se retrouvent mélangées ‘en vrac’ , d’abord personnes polyglottes, bilangues au moins, mais aussi des personnes, respectivement, franco-... ou bien [r]italo-... [plus, peut-être, aussi... qu’est que j’en sais..., anglo-..., américano-..., hispano-..., luso-..., germano-..., arabo-..., yddish-..., napoléon-..., russe-..., colo-..., sino-..., lombardo-..., venetiano-..., veneto-..., kurdo-..., ladino-..., celto-..., occitano-..., amerindo-..., farsi-..., indiano-..., basco-..., &tcetera, dont esperanto-..., idiolecto (egolatro-...), &t.... –phone et/ou graphe, parfois, peut-être – sans offense pour personne, pour aucune personne en particulier – nov.- voir nôvissimo-languo- [il y en a légion, plus les hybrides...] phono/graphe....
De surcroît, cette liste mélange métiers, professions et non-, rôles, postures, das Sein, auto-certifications, mais encore attitudes ‘supposables’, présumées envers nousautres, et en particulier “celui qui vous écrive ici’, c’est-à-dire le dit-<Oreste>, soi-disant <Moi, je...>, très différentes, de l’amitié à l’inimitié [d’ Hostis <Ennemi publique>, et peut-être aussi –qu’est que j’en sais...Qui en sabe? – d’ inimicus, <ennemi privé>, ou les deux...] ; de la complicité à la méfiance, du ‘feeling’ à l’autisme communicationnel, de l’estime au mépris...ou alors des plus différentes et changeantes nuances, avec en plus combinaisons, dosages..., sarcasme, condescendance, affectuéuse compassion, projections “pedagogiques”.... et quoi d’autre... indifference legerement genée, par exemple [°°°].

Nous nous excusons. Je m’excuse de “mélanger le chèvre et le choux”, d’aligner des ‘trucs’ (parfois des “appels de pied”) très “familiales”, qui peuvent être ressentis comme de l’envahissance insolente, où – d’une façon spéculaire, symétrique – parler comme dans une ‘tirade d’assemblée’, une “philippique”, un tract, une conférence, une performance théâtrale, la mise-en-scéne d’une fausse Conférence, d’une Conférence [de presse, entre autres...]imaginaire, d’une prestation de saltimbanque/cabotin/bonimenteur/cantastorie/.... &tc –... parler de ce thon à des personnes intimes..., dans un mélange continu, un oxymoron continu...’intimopublique/
/publiq’intime’...’mégalohumble’...’egocentrifuge’.... [°°°]

Cela pour dire : * Paolo... on attend le “verdict” sur sa semi-liberté.
* Quant à moi, à cette modeste action, ce petit geste de résistance... je continue, pour ce qui peut valoir...
De maintenant, pour 48 heures 48, je suis contraint d’en rajouter, de rajouter de surcroît
....ne rigolez pas !, même un logomachique (pas “-machiste”, j’ai dit –machique !, qui se défend du jugement/diagnostique – impertinent, non–pertinent – de <logorrhoïque>, en l’occurrence je pourrais tomber d’accord sur une définition [néo-]nosographique de <logomaniaque>, syndrome de logomanie... [toute conjecture, sur base anamnestique, en etiopathogenèse...pas ici, pas maintenant...] ) , même un logo-maniaque, donc, j’étais en train de dire, peut avoir de l’aphonie passagère.... je me vois contraint de rajouter donc, pendent 48 heures à compter de maintenant, une grève de la parole [?!?].

* Premier R.V. (pour qui le voudrait et pourrait) mardi 21 [novembre 2006, of course...] à 19 h., ci dehors/dedans, 35 rue Chapon.

* Mercredi ‘grand maximum’, un texte sur les contextes, sur ‘la suite’.


OFF RECORDS : pour le peu de personnes qui se solidariseraient... on a besoin des “coups de main” les plus variés &t différents : est-ce que vous ne voudrez pas nous envoyer un mail de mise à disposition, d’offre d’une ‘tranche de son temps de vie, et pour quel type d’activité?
Merci, OresteS. &t C...omplices






__________________________________________________________________________________________________________________
dans les dévenir autonomie commune,
Action Libertaire Antipénale

nei divenire autonomia comune,
Azione Libertaria Antipenale

. .
SCRIPTA VOLANT... , 2
. .

Sciopero della libertà[*]

[* Sul paradosso della libertà °°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°
]






–––––––

1. Le 10 nov. 06, à 13:27, trivum@no-log.org a écrit :
http://paris.indymedia.org/article.php3?id_article=72499


<<<<< Recours de Persichetti : Oreste Scalzone s'autoembastille à Paris >>>>>

<<< On répercute d'abord une dépêche de l' Agence ANSA [l'équivalent de l'AFP pour l'Italie], daté Paris le 6 novembre :

<< ANSA, Paris le 6 novembre – TERRORISME : INITIATIVE D'ORESTE SCALZONE EN SOLIDARITÉ AVEC PERSICHETTI. L'EX-LEADER DE POTERE OPERAIO S'AUTOEMPRISONNE DANS UNE CELLULE

L'ex-leader de Potere Operaio [Pouvoir Ouvrier] s'installera dans un local de 14 m2, sans interrompre ses "relations publiques" - téléphone, internet - auxquels "s'ajoutera probablement une webcam qui permettra un contrôle par monitoring continu".

Scalzone a décidé son geste "par empathie, pour tenter de faire qu'un ami se sente moins seul, pour résister, protester, dénoncer, pour la ramener".

"L'objectif immédiat de mon action, a ajouté Scalzone, est l'application de la mesure prévue par la loi "Gozzini" en faveur de Paolo [Persichetti] : c'est en effet mercredi prochain que sera examiné le nième recours de demande de semi-liberté".

Scalzone a invité les journalistes et les amis à venir le retrouver, dès demain après-midi [7 novembre], dans son espace d'"autoréclusion" au rez-de-chaussée du 35 rue Chapon, Paris 3ème arr.

-------------------------------
COMMENTAIRE :

Voir aussi son blog
(je traduis un incipit :

" je commence cette petite action qui consiste en un un geste d'auto reclusion en solidarité avec paolo persichetti, comme une petite pierre en contribution a une campagne de protestation , de revendication , de résistance sur ce cas exemplaire ;

non seulement pour le destin d'un seul mais pour celui de beaucoup d'autres ( donc ni l'individualisation d'un soutien ni une question " privée.")

a partir de 18h30, je suis " en place", et serai heureux de de recevoir toute visite ( y compris de " contrôle) ou demande d''éclaircissement"


http://orestescalzone.over-blog.com/article-4467454.html


le 10/11/2006 à 13h18

( Anthropologie Paris 8 DEMS, le 10/11/2006)

Publié dans Autopsie du présent

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

lux 12/11/2006 23:41

La politique vous intéresse?
Je vous invite à visiter ce site http://33.royaliste.com.over-blog.com/
Des articles intéressants, des idées à débattre, des actions à commenter...N'hésitez pas à laisser vos commentaires.
cordialement
Lux